Reflexions
Sur Claud Michaud, interprète de Félix Leclerc


Dès son arrivée sur scène, Claud Michaud fascine. L’homme est , svelte, à l’aise comme dans la vie, sûr de sa force.  Puis, jouant de sa voix grave et de sa guitare, sans effort apparent, comme seuls y parviennent les artistes de métier en pleine maîtrise de leur art, il nous sert généreusement, amoureusement son récitalN’oublions pas que cet artiste accompli  fut d’abord chanteur d’opéra avant de s’adonner à l’interprétation des chansons  de Leclerc, Brassens, Ferré, Cohen et autres grands compositeurs dont le message est hors du temps.

Ces compositeurs-là, Claud Michaud les choisit par amour.  Il devient leur complice.  Il se veut le serviteur de leur pensée aux accents  politiques ou poétiques, avec une ferveur que l’on sent profonde et vraie.  On peut parler ici d’une véritable fusion de pensée entre l’auteur et l’interprète qui, sur le plan de l’expression, va bien au-delà de la simple imitation ou du pittoresque. Claud Michaud est à mille lieues de la caricature. Le grand récital en hommage à Félix Leclerc qu’il a donné au Parc Lafontaine, le 31 juillet dernier, restera longtemps dans les  mémoiresSoit! Ce n’était pas Félix sur scène, ni sa voixni son allure, mais sa parole ré-enfantée dans sa vérité nue. Il est à souhaiter que Claud Michaud continue longtemps de  nous ramener, par sa voix et tout son être, sur le chemin des choses  essentielles tracé par des poètes.
 

Roger Langevin, 28 août 2011